Ici et ailleurs



(18/03/18) Bataille du rail : Léo Ferré revient

Ah ! Mes amis, quelle soirée,



Le Millénium-Arena-Matmut Atlantic de Thiviers, plus connu sous le nom de Théâtre de Poche, était plein à craquer.

Il restait bien quelques places orphelines, disons une dizaine.

Certainement celles réservées par des admirateurs éloignés ayant emprunté la Voie verte en Charente et n’ayant jamais réussi à atteindre Thiviers.

Ou d’autres cherchant encore l’impasse de Tombouctou sur l’édition Mali du Guide du Routard.

C’était Scène Ouverte, c’est-à-dire que vous ne payez qu’à la fin du spectacle, beaucoup si cela vous a plu beaucoup, moins sinon, pas du tout si pas du tout.



Le programme « Rencontre avec Léo Ferré ».



Sur scène Guy, frère jumeau de Léo, accompagné de Kees, un hollandais jovial et génial, au synthé.



« Tous les deux du groupe « Les Amis de Guy » créé en 2010 à Excideuil, charmant village du Périgord Vert.

Une bande de copains (et de copines) réunis autour de la musique et de la chanson française.


Guy qui a toujours considéré Léo comme un des plus grands chanteurs et poètes, a rêvé de lui rendre hommage sur scène.

Le rêve est devenu réalité en 2017, grâce à l'aide précieuse de Kees, qui l'accompagne au clavier, et du soutien de nombreux amis ».



Bien, pour ceux qui connaissent un peu Léo Ferré et surtout son répertoire, pour monter sur une scène et interpréter l’une quelconque de ses chansons, il faut être bigrement gonflé.

Ou très bon. Et même si possible les deux.

Ce Guy, qui a plein d’amis, est vraiment très bon. Avec un petit avantage : il parle, et il chante, le Ferré couramment avec une voix très ressemblante et même un léger accent très proche de celui de son idole.

C’est déjà le Sud et c’est sûr que ça aide.

 
Nous avons eu droit à un large panorama du répertoire, fin des années soixante et années soixante-dix : Ton style (ça démarrait fort), Richard, La solitude, Comme une fille, La « the nana », C’est extra, et aussi une beauté pure, Marie, le poème d’Apollinaire, et bien d’autres encore.

A mi-chemin, une petite pause de Guy, remplacé par sa compagne Anne, qui nous fait découvrir La lune, une petite inédite. Très bonne aussi Anne et combien humble et nature !

Puis aussi les monuments, Avec le temps, sans doute la plus connue et donc la plus difficile à interpréter, Ni dieu ni maître, L’oppression, La vie d’artiste, Les anarchistes, …, et en bis de bis le cadeau du jour, Il n’y a plus rien, seize minutes de slam d’un Ferré remonté à bloc, un véritable exploit.



Écoute, écoute... Dans le silence de la mer, il y a comme un balancement maudit qui vous met le cœur à l'heure, avec le sable qui se remonte un peu, comme les vieilles putes qui remontent leur peau, qui tirent la couverture.
Immobile... L'immobilité, ça dérange le siècle. C'est un peu le sourire de la vitesse, et ça sourit pas lerche, la vitesse, en ces temps.
Les amants de la mer s'en vont en Bretagne ou à Tahiti...
C'est vraiment con, les amants.

Il n'y a plus rien


 
Voilà ce fût une merveilleuse soirée, une contre plongée dans notre jeunesse car nous étions plus nombreux à préparer le concours d’entrée à l’EHPAD que le Bac pro Métiers d’Art.

Une merveilleuse soirée comme nous les vivons chaque fois que nous nous retrouvons dans ce tout jeune Théâtre de Poche qui a déjà une âme, un parfum, une couleur, une parole, une tenue, une vérité et une totale transparence.

Un lieu déjà magique où vous êtes adopté avant même d’être accueilli. Finissez donc d’entrer.



Jeune Théâtre de Poche qui a failli mourir, serré à la gorge par le garrot financier caractéristique des aventures culturelles toujours aussi mal soutenues car si peu considérées.


Qui a failli mourir, mais qui va vivre encore, grâce à une forte mobilisation citoyenne. Le radeau a été remis à flot, reste à le consolider pour qu’il continue sa route vers la scène promise.



Pour cela deux prescriptions :

-          Aidez, en adhérant et en donnant, faites connaître, invitez-vos proches, vos amis,

-          Venez nombreux et souvent aux spectacles, participer activement aux activités,



Léo Ferré reviendra en 2019, non plus en scène ouverte mais en programmation : les dates seront connues dès la rentrée de septembre, alors guettez et réservez.
 
Hier le chapeau était bien rempli et les « Amis de Guy » ont abandonné la recette au Théâtre.

Quand je vous disais qu’il était très bon Guy. Et ses amis aussi. N’est-ce-pas ?

 
Les gens, il conviendrait de ne les connaître que disponibles
A certaines heures pâles de la nuit
Près d’une machine à sous, avec des problèmes d’hommes, simplement,
Des problèmes de mélancolie
PS : Hier en quittant Chantres, petit hameau de caractère, « dominant » Saint-Pardoux, pour nous rendre à Thiviers peu après 20 heures, nous écoutions France Inter.
                L’heure bleue de Laure Adler, un débat sur le temps. Comme de coutume démarrage en musique : Léo Ferré, Avec le Temps.
                C’est cela aussi l’âme du Théâtre de Poche.

JC Frasnetti – Chantres. Milhac de Nontron.